• Affaire classée. Suite et fin

     

                Je regarde mes trois suspects regroupés dans la salle d'interrogatoire. Personne ne se parle ou ne se regarde. Parfois en observant les suspects à leur insu on peut arriver à voir certains traits de leur caractère. Ils se trahissent eux même par leur attitude et ça peut aiguiller une enquête. Le tout c’est d’ouvrir son esprit et les yeux. Dans ce cas, ça me semble difficile d'appliquer cette méthode.

                 - Alors, me dit mon chef en arrivant derrière moi, tu penses toujours à un crime passionnel ?

                - Je n'en sais rien. Disons que je n'écarte aucune piste pour le moment.

                Il me donne un dossier et ajoute :

                - Tiens, ça t'aidera peut-être à y voir plus clair.

                J'ouvre le dossier pour le lire.

     

    ***

     

                J'entre dans la salle d'interrogatoire avec beaucoup de questions. Je sais que l'une de ses trois personnes à les réponses et il va falloir qu'elle me les donne. J'ai plusieurs pistes à explorer avant d'arriver à la vérité. Je décide d'y aller au culot. J’ai l’impression d’être un gladiateur qui entre dans la fosse aux lions. Un mélange d'excitation et de peur m’envahi. Sauf que je ne suis pas là pour faire le spectacle et que ma vie n’est pas vraiment en jeux. Je ne sais pas si j'ai pris la bonne décision mais il est trop tard pour reculer. C'est le moment pour moi d'entrer en scène :

                - Madame, Messieurs, merci pour le temps que vous m’avez consacré. Ceci m’a permis d'avoir une idée assez claire sur la façon dont les choses se sont déroulées ses dernières quarante-huit heures.

    Tous les trois m’écoute avec attention. Tant mieux, ça sera peut-être plus facile. Je continue :

     

    -Voilà ce que je pense : je pense que vous, Norbert, étiez amoureux de Mélanie. Vous aviez une relation suivie avec elle et vous en espériez beaucoup. Il y a deux jours, vous l’invitez au restaurant, peut-être vous êtes-vous dévoiler plus que ce que vous auriez dû mais en tout cas, Mélanie vous annonce qu’elle veut mettre un terme à votre relation. A ses yeux vous n’êtes qu’un ami. Elle vous le dit gentiment mais vous repartez vexé. Puis ce matin, en arrivant au travail, vous la croisez dans les locaux d'Architectura. Cela fait deux jours que vous ressassez ce refus, deux jours que vous ne comprenez pas pourquoi elle ne veut pas être avec vous. La voir ainsi en train de s'affairer, l'idée de la croiser tous les jours, s'en est trop pour vous. Vous vous dirigez donc vers elle, vous attrapez quelques choses de lourd et pour qu'elle comprenne bien le mal qu'elle vous a fait, vous lui faites mal à votre tour.

     

                Pendant mes explications, j'ai bien regardé les réactions de chacun. D'abord Julie les yeux ronds d'étonnement, puis Norbert dont le visage devient de plus en plus livide au fur et à mesure que j'avance dans ma réflexion et enfin, Julien regarde dans le vague comme s’il était ailleurs. Je continue :

                - Je suis désolé Norbert, mais je vais devoir vous inculper pour meurtre.

                - Non ! Se défend l'architecte, je n'y suis pour rien ! Oui je l'aimais mais je n'aurais jamais pu la tuer même après son refus, c'est insensé ! Je ne suis pas comme ça !

                - Ce n'est pas lui qui l'a tué.

                C'est Julien qui a parlé. Il me regarde enfin et semble sortir de sa rêverie.

                - Mélanie Gift nous mentait depuis le début. Je l'ai trouvé ce matin en train de télécharger des données sur l'ordinateur de Norbert. Je comprends maintenant comme elle a eu son code d’accès : il a dû le lui dire lors du diner. J'ai tout de suite compris que s'était une espionne, je lui ai demandé de me rendre les données et de partir mais elle m'a ri au nez. Elle m'a dit qu'elle avait tout ce qu'il lui fallait et que son patron allait être très content. Elle s'est enfuie dans le couloir et je lui ai couru après. Je l'ai rattrapé et je l'ai obligé à aller dans la remise. J'ai essayé de savoir pour qui elle travaillait mais elle ne m'a rien dit. Nous nous sommes battus, je l'ai poussé contre le mur et j'ai attrapé un bidon qui trainait sur les étagères. Je l'ai frappé et elle est tombée, ses yeux grands ouverts. J'ai tout de suite compris qu'elle était morte. Je ne pouvais plus rien faire pour elle. J’ai fouillé dans ses proches pour récupérer la clef et j'ai refermé la porte de la remise. Il ne me restait plus qu’à attendre qu’on la trouve.

                - Où avez mis le bidon ?

                - Je l'ai jeté dans la poubelle derrière l'immeuble.

                - Vous avez tué Mélanie Grift juste pour des plans ?

                Le patron s’emporte alors et continue :

                -Ce ne sont pas juste des plans ! C’est un gros projet de tour d’immeuble en partenariat avec la mairie, il y en a pour beaucoup d’argent, ça nous apportera énormément de publicités et de nouveaux contrats ! Travailler sur ce projet signifie que mon entreprise est la meilleure ! J’ai consacré ma vie à ce résultat et il est hors de question que des petits arrivistes me passent devant !

                J’ai posé sur la table le dossier que m'avais remis mon chef quelques instants plus tôt et ajoute :

                - Mélanie Grift s'appelait Aurore Dubreuil et elle travaillait pour ISL Architecture. Je crois que se sont vos concurrents pour ce projet de tour avec la mairie, non ?

                Julien me regarde et comprend qu'il vient de se faire piéger. Avant ses aveux je n'avais aucune preuve maintenant j'ai tout ce qu'il me faut pour l'inculper.

     

     

    ***

     

                Le procès de Julien Abeille pour meurtre va s'ouvrir dans quelques mois. Avec toutes les preuves que j'ai récoltées contre lui je sais qu'il ira en prison pour longtemps. Il a eu un geste malheureux, certes mais c’est comme ça. Ce qui me désole c'est que sa femme va devoir expliquer à leurs deux enfants pourquoi leur père est en prison.

                Je suis cependant satisfait, j'ai rendu un souffle d'âme au corps sans vie d'Aurore Dubreuil.

                Affaire classée.

     

    « Affaire classée. Partie 3 et 4Des nouvelles... non je ne suis pas morte... »

  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:34

    Affaire classée :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 08:43

    Tout a fait

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :