• Chapitre 5

     

    Lorsque je me réveille le lendemain, j'ai un peu de mal à savoir ce que je fais là. Je suis dans un lit étranger, je ne reconnais pas la chambre ni les bruits qui m'entourent.

    Malheureusement ma mémoire ne met pas longtemps à s'activer et les événements de la veille me reviennent. Dans un premier temps, je me dis que je vais rester terrer dans la chambre d'hôtel pour la journée mais quand j'ouvre les volets et que je vois le beau soleil illuminer la montagne, je me dis qu'une petite balade me remettrait peut être les idées au claire.

    Après un copieux petit déjeuné, je prends donc la route à pied un peu au hasard. Je déambule dans les rues, repérant le boucher, le boulanger et la poste. Je respire l'odeur des fleurs, croise les gens qui vont au marché. Je prends le temps pour moi, chose que je n'ai pas faite depuis une éternité surtout avec les préparatifs du mariage.

    Alors que je marche j'aborde le bâtiment de la mairie. Je regarde le drapeau qui flotte sur le fronton, les fleurs bien entretenues qui la borde. Le bâtiment est beau avec son crépi beige et son grand escalier. Je me demande quel effet j'aurai fait avec ma belle robe de mariée sur ces marches. Alors que je me rends compte que je m'égare j'entends soudain un drôle de bruit derrière moi. J’ai à peine le temps de me demander ce que c’est que « PSHHHHITTTT !! », je me fais copieuse arroser. J’essaie de reculer mais je sens que c’est pire, sur le côté ce n’est pas mieux. Je ne vois rien, je suis dans un brouillard d’eau et en quelques secondes, je suis trempée.

    Soudain, je sens une main qui me tire vers l’arrière. Je ris et me retrouve au sec ou je peux regarder mon sauveur. Il s’agit d’un bel homme qui semble avoir le même âge que moi. Il rit lui aussi et me dit :

    -     Désolée, l’arrosage est un peu traitre en ce moment.

    -     Merci de m’avoir sorti de là, je réponds.

    -     Mais de rien. Je m’appelle Gabriel. Je travaille à la mairie.

    -     Emma.

    -     Je ne vous ai jamais vu par ici ?

    -     Je viens d’arriver.

    -     Oh ! Vous restez combien de temps parmi nous ?

    -     Une semaine.

    Il me dit alors qu’il est désolé, qu’il doit aller travailler mais que si je veux nous pouvons aller boire un verre tous les deux. J’accepte et nous nous séparons. Puis je décide de retourner à l’hôtel histoire de passer des vêtements secs.

     Le mariage me parait loin quand je remonte dans ma chambre. C'est donc avec curiosité que je décide d'allumer mon portable qui ne tarde pas à biper avec insistance.

    Je vois que Fabrice m'a laissé un message me demandant de le rappeler. Aujourd'hui, je n'ai pas pensé à lui, ni aux événements de ses derniers jours. Après ce constat, je comprends que j'ai pris la bonne décision et que de toute façon, je ne peux pas revenir en arrière. Je décide donc de l'appeler.

    Après deux sonneries, il répond :

    - Emma ! Tu vas bien ?

    - Bonjour Fabrice. Oui ça va.

    - Où es-tu ?

    - A la montagne.

    - Où ?

    - A la montagne, je répète exaspérée.

    - Tu détestes tout ce qui n'est pas la ville...

    - Je sais, mais j'ai envie de changer.

    - Tu es où exactement ?

    - Fabrice, je ne veux pas te le dire...

    - J'ai le droit de savoir où tu es et avec qui. Tu es ma femme !

    - C'est là que tu te trompes, nous ne sommes pas mariés, je me suis enfui pour mémoire !

    - Emma ! On pourrait au moins parler, reviens à la maison !

    Il a pris son petit ton autoritaire pour me dire cela, celui qu'il prend pour parler aux enfants ou à ses employés quand ils ont fait une bêtise.

    Vexée, je lui réponds :

    - Non Fabrice, je n'ai pas prévue de rentrer tout de suite, je suis désolée.

    - Mais pourquoi ? Tu ne peux pas partir comme ça, si c'est le mariage le problème tu aurais dû me le dire, on n'est pas obligé de se marier. Je sais que mes parents seront déçus mais ils comprendront. Emma, je ne peux pas vivre sans toi et...

    Je le coupe :

    - Fabrice, le problème ce n'est pas le mariage, le problème c'est nous deux, on n’est pas heureux ensembles... Ou du moins, je ne suis pas heureuse. Je suis désolée.

    Avant qu'il n'ajoute quelque chose, je raccroche et je réalise soudain que je me sens bien mieux. Un énorme poids vient de s'envoler de mes épaules. Je prends alors une décision : je vais m'installer ici, trouver un travail et un appartement et repartir à zéro. Refaire ma vie sur des bases différentes, faire ce que j'ai toujours eu envie de faire.

    Oui mais quoi ?

     

     

     

    « J'aimeraiLa fée des bibliothèques »

  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Juillet 2014 à 10:38

    Je vois que tu as changé le thème du blog, il est joli :)

    J'adore cette histoire, je ne sais pas pourquoi, mais elle me plait énormément! C'est très bien écrit!!

     

    2
    Samedi 26 Juillet 2014 à 12:40

    Oui, j'avais envie de changer mais je n'en suis pas très satisfaite alors ça risque encore de bouger...

    Merci

    3
    Samedi 26 Juillet 2014 à 13:03

    de rien :) ça me fait très plaisir de t'encourager et de remercier pour tes écrits!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 26 Juillet 2014 à 15:25
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :