• J'aimerai

    Je te regarde dormir dans ton petit lit. Tu es si beau, si paisible alors que tu rêves. Je voudrai que ce moment ne s'arrête jamais, que tu restes ainsi : innocent, curieux et petit.

    J'aimerai te protéger de tout, protéger ton corps de la maladie, protéger ton coeur de la tristesse et protéger ta naïveté d'enfant de ce monde si cruel dans lequel nous vivons.        

     

                                                                                                                                                                                                                     

    Je voudrai t'enfermer dans ma bulle où tu ne connaîtrais aucunes douleurs, où il ferait toujours chaud, où tu serais bien. 

    J'aimerai que tu ne connaisses ni la mort, ni la perte, ni le chagrin.                                                                                                                                                                        

     

     

    J'aimerai être toujours là pour toi, ne jamais faire d'erreurs et prendre les bonnes décisions aux bons moments.                                                               

    J'aimerai faire de ta vie des instants de rires, de couleurs et de dessins. Dans cette bulle, le loup ne mangerait pas le Petit Chaperon Rouge, Blanche Neige ne serait pas orpheline et la Petite Fille Aux Allumettes n'existerait pas. 

                                                                                                    

    Malheureusement, je ne suis qu'une mère. Je ne peux que soigner tes blessures et écouter tes souffrances. Je ne peux qu'être à tes côtés et préserver le plus longtemps possible ta naïveté d'enfant.                                                          

                                                                                                   

     

    Certains diront que c'est déjà bien assez mais pour moi qui suis ta mère ce n'est et ce ne sera jamais suffisant.                                                                           Pardonne moi pour toutes les erreurs que je vais commettre, pardonne ma fatigue qui parfois me fait perdre patience. Pardonne moi d'aller travailler au lieu de te garder près de moi. Enfin, pardonne moi ces mensonges que je te dis parfois car la vérité est trop cruelle.                                                                     J

    e t'aime mon enfant, mais je ne suis qu'une femme.

     

     

    « Chapitre 4Chapitre 5 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Juillet 2014 à 12:52

    Cette nouvelle est touchante et bien écrite!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Vendredi 18 Juillet 2014 à 13:09
    3
    Dimanche 20 Juillet 2014 à 14:34

    Très joli et émouvant.

    4
    Dimanche 20 Juillet 2014 à 15:03
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :