• Les aventures de Petibout et de sa maman. Episode 2

     

    La ballade de Petibout

     

                   Ça y est. Les premières semaines sont passées, vous avez appris à mieux connaître votre enfant et vous vous sentez enfin prête. C'est décidé aujourd'hui vous reprenez un semblant de vie social. Finis de passer ses journées en pyjama avec une serviette éponge sur l'épaule. Finis d'avoir les cheveux gras en bataille, les cernes jusqu’au milieu des joues à force de donner les biberons en pleine nuit. Finis de se parfumer au vomi de bébé. Aujourd'hui est un nouveau départ. Aujourd'hui vous sortez !

     

    Enfin, remettons les choses dans leurs contextes : vous avez décidé de mettre Petibout dans sa poussette et de faire le tour du quartier. Ce n’est pas non plus le Paris Dakar mais ce premier pas vers la vie social est un enchantement après les couches et les biberons.

     

    Ainsi commence l'expédition. Tout d'abord, attraper Petibout et comprendre comment le faire rentrer dans sa veste sans lui faire mal. Car l'enfant est récalcitrant : il refuse systématiquement de laisser ses bras à l'intérieur de ses manches. Il se débat,  râle et quand enfin vous arrivez à lui fermer le vêtement, vous constatez qu’un bras est sorti de la manche et que son autre main est coincée là ou devrait se trouver son coude. Vous êtes donc parti pour un deuxième round avec la veste. Il faut ensuite l'installer dans la poussette. Il vous faut au moins dix minutes pour installer un Petibout hurlant dans le siège, comprendre comment mettre la ceinture et enfin la fermer. Malheureusement, votre enfant est impatient et à peine avez-vous eu le temps de mettre une chaussure que Petibout se remet à pleurer. D'ailleurs en vous approchant de lui vous sentez comme une odeur caractéristique de couche pleine. Maintenant que vous avez le doute il faut vérifier. Nouvelle séance de pugilat avec la ceinture (mais ce n’est pas vrai il faut avoir bac +5 pour dégrafer ce truc ?), vous déposez Petibout sur le tapis du salon, descendez le pantalon pour tirer sur la couche. Fausse alerte, elle est vide.

     

    Après quelques pleures supplémentaires, vous parvenez enfin à passer la porte de votre appartement. Il fait beau dehors, un vent léger et frais souffle. Tout le monde apprécie, la preuve Petibout ouvre les yeux en grands, admire les voitures, les arbres, respire la pollution et le pollen.

    Vous décidez de prendre le tram, histoire de pousser jusqu'à la poste. Mauvaise idée, à peine arrivé, Petibout se remet à pleurer, râler et se tordre dans la poussette. Devant les regards réprobateurs des usagers, vous préférez vous en tenir au plan initial : le tour du quartier. Le tram sera l'aventure d'un autre jour, quand Petibout sera mieux luné...

     

    Vous commencez à vous détendre, à profiter de ce moment avec votre enfant.

    Cependant, il y a une chose qu'on ne vous a pas dite : le bébé est un aimant à personne âgée. Chaque fois que vous sortez, vous pouvez être sûre de croiser une petite vieille qui ira lorgner dans votre poussette, allant même parfois jusqu'à lui toucher les joues ("ça porte bonheur !" vous a-t-on dit quand vous avez demandé à la grand-mère indélicate ce qu'elle faisait).

    D'ailleurs, n'est-ce pas une personne âgée qui s'avance vers vous en boitillant ? Elle se tord le cou au moment où vous vous croisez afin d'admirer votre merveille. Bonne âme, vous décidez de vous arrêter (vous aurez tout le temps de le regretter plus tard).

    - Oh ! S'exclame-t-elle, comme il est mignon, c'est une fille ou un garçon ?

    Vous répondez fièrement :

    - Un garçon.

    - Il se porte vraiment bien. Vous le nourrissez ?

     

    Un peu étonnée, vous regardez votre fils. Vous voyez ses grosses joues, bien rondes et roses, et ne comprenez pas bien le sens de sa question. Il n'a pas l'air maigre, ni affamé. Dans le doute, vous répondez :

    - Oui.

    - Ah ! C'est bien. Ça se fait de moins en moins.

    Soudain, la lumière se fait. La vieille dame voulait savoir si vous allaitiez Petibout.

    A ce moment vous comprenez qu'il est temps pour vous de continuer votre balade car à la vitesse ou va cette conversation, la personne âgée ne va pas tarder à vous raconter son opération de la cataracte, ainsi que l'opération de la prostate de son mari. Vous la remerciez, lui dites au revoir et reprenez votre balade.

                En rentrant chez vous ce jour-là ; vous vous dites que finalement on n’est bien mieux chez soi.

     

    « Les aventures de Petibout et de sa maman. Episode 1Le cracheur »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Juin 2014 à 11:14

    C'est vraiment très drôle, ça fait un peut penser à un manuel pour parents.

    C'est vraiment bien écrit :)

    Et merci pour le favori :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 26 Juin 2014 à 12:46

    De rien ;)

    C'est vrai que je l'ai pensé un peu comme ça. 

    Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :