• Les aventures de Petibout et de sa maman. Episode 3

     

    Petibout et le docteur

     

                    S’il y a bien une personne que Petibout va beaucoup croiser dans sa vie (et pas forcément dans les meilleurs moments), c’est le docteur.

    Au début, la relation entre votre enfant et le médecin se passe bien. Elle est basée sur une confiance réciproque, avec ses petits moments rituels ou Petibout sourit à la secrétaire, puis fait un gazouillis au pédiatre. Le pédiatre lui fait des chatouilles et en profite ainsi pour l’occulter sous tous les angles pendant que votre bébé est absorbé dans la contemplation du mobile qui tourne au-dessus de la table d’examen.

                    Bref, tout va bien. Vous vous réjouissez de voir votre petit être autant en confiance (avec une pointe d’anxiété et de jalousie, tout de même, c’est votre enfant il ne faudrait pas l’oublier).

     

                    Mais un jour, tout bascule. Le pédiatre, ce vil sournois profite d’un moment d’inattention de votre Petibout adoré pour lui enfoncer dans la cuisse une aiguille. Car oui, c’est le jour de son premier vaccin. Tout d’abord, votre enfant ne comprend pas, il regarde étonné ce grand gaillard qui jusqu'à présent le faisait rire. Ensuite, la douleur suit son chemin jusqu’au cerveau et là, votre enfant se met à hurler.

    Et il hurle, et il hurle, et il hurle encore quand vous tentez de le rhabiller. Il hurle quand vous le remettez dans sa poussette. Il hurle quand vous remplissez le chèque pour payer le docteur (oui vous aussi ça vous fait hurler 50 euros la consultation d’un quart d’heure mais vous vous retenez). Il hurle quand vous rentrez dans l’ascenseur (d’ailleurs ca résonne tellement que vous avez l’impression d’entendre votre enfant en stéréo, c’est aussi la réflexion que vous fera un habitant de l’immeuble que vous croiserez dans le hall). Enfin, lorsque vous regagnez la sortie, vous constatez avec soulagement que Petibout s’est calmé et pouvez relater l’aventure à son papa.

                    Vous pensez en avoir fini ? Vous vous dites que les enfants n’ont pas de mémoire et que la prochaine fois comme il n’y a pas de vaccin tout se passera bien ?

    Grave erreur. Petibout sait, il a  associé le médecin avec la douleur et à partir de maintenant chaque fois qu’il le verra, il se mettra à pleurer voire plus si affinité. C’est d’ailleurs ce qui va se produire lors de la prochaine visite ou vous découvrirez que Petibout est capable de pleurer et de faire pipi sur la table d’occultation en même temps. Puis ensuite, une fois un peu calmé, vous verrez qu’il peut aussi vomir sur le pantalon du docteur (passer la journée avec un pantalon qui sent le vomi, quelle douce vengeance).

     

                    A présent, Petibout réserve ses sourires édentés à la secrétaire. Pour vous et le médecin se sera soupe à la grimace, car vous aussi êtes responsable de cette situation. « Il ne fallait pas le laisser faire » semble-t-il vous dire. Et vous avez beau lui expliquer que c’est pour son bien, ça ne change rien. De toute façon tous les enfants savent que « c’est pour ton bien », sert d’excuse récurrente aux parents pour leur faire faire tout et n’importe quoi (« range ta chambre, c’est pour ton bien. » « Mange tes épinards, c’est pour ton bien. » Et le meilleur que vous ne pensiez pas dire un jour : « Ne lèche pas les murs, c’est pour ton bien »)

     

                    La situation semble inextricablement bloquée et vous vous êtes fait une raison. La prochaine fois vous enverrez son père, histoire qu’il partage aussi un peu de votre douleur.

     

    Les rendez-vous chez le pédiatre vont se succéder avec toujours la même rengaine : pleurs, pipi, vomi, avec parfois des variantes ou votre fils vous vomi dessus avant de faire caca sur la table d’auscultation. Ces évènements créent une sorte de lien de solidarité avec le médecin, après tout pendant ce quart d’heure vous êtes dans la même galère.

     

                    Et puis un jour, vous passez la porte avec Petibout pour une visite de contrôle. Vous vous préparez déjà à l’entendre hurler, vous vérifiez que vous avez tout dans votre sac pour le calmer : sucette, doudou, boule Quies (pour vous bien entendu). Vous avez même appris le langage des signes afin de communiquer avec le docteur.

     

                    Le rituel : pleurs, pipi, vomi se produit mais à la fin de la consultation, le docteur se tourne vers votre enfant et lui demande : « tu veux un bonbon ? ». Intrigué, Petibout s’arrête tout de suite de pleurer, fait « oui » de la tête, et du haut de ses 2 ans va piocher dans le tiroir à bonbon du docteur. Vous regardez son visage émerveillé devant ce bonbon à la fraise qu’il vous demande d’ouvrir. Il l’enfourne dans sa bouche, suce ses doigts avec délice puis dessine une superbe trace de mains sucrés sur la table en verre du docteur.

     

                    Petibout vous sourit. Et oui, on ne l’achète pas aussi facilement !

     

    « Tagguer !Petite news »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Mai 2014 à 20:49

    Un délice... Je m'y croyais et j'ai aussi bien ri, forcément, je n'entendais pas vraiment les pleurs et j'étais à l'abri des vomi-pipi-caca !

    Encore !

    2
    Vendredi 23 Mai 2014 à 21:15

    Merci ! 

    C'est vrai que je me suis bien amusée à l'écrire celui là. 

    Patience la suite arrive !

    3
    Mercredi 28 Mai 2014 à 21:09

    J'ai tellement ris :')

    Super texte, Bisou♥

    4
    Jeudi 29 Mai 2014 à 08:55

    Merci

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Jeudi 26 Juin 2014 à 11:17

    Ah, le fameux bonbon des médecins :D

    Toujours aussi drôle :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :