• Les aventures de Petibout et de sa maman. Episode 7

     

    Comme un grand ! 

     

     

    "Non ! Z'est moi qui fait !"

    Depuis quelques semaines cette phrase revient souvent dans la bouche de Petibout. Au début,  vous avez donc regardé avec tendresse votre enfant tenter de faire les choses tout seul, vous vous êtes dit que c'est le début de l'autonomie et que forcément ça allait arriver un jour (mais avec un pincement au cœur quand même, votre bébé... n'en est plus un!).

    Dites-vous que maintenant, vous aurez plus de temps, Petibout aura moins besoin de vous... Enfin, ça c'est la théorie parce qu'en pratique...

    En effet, ce qui avant vous prenait deux minutes vous prend maintenant deux heures.

    Vous voulez un exemple ? Les chaussures. Mettre le pied dans la chaussure, coller les deux scratchs, ça vous prend quoi ? une minute, deux, si l'enfant se débat un peu. Mais si c'est Petibout qui met ses chaussures lui-même alors l'action devient beaucoup, beaucoup, beaucoup plus longue. Le temps qu'il mette le bon pied dans la bonne chaussure, que la chaussette et la languette soient biens mises et que les deux scratchs soient biens placés,  il s'est écoulé un quart d'heure. Quand vous faites mine d'aider votre fils histoire d'accélérer le mouvement (pas sûre que votre chef comprenne la raison de votre retard), votre enfant se met à pleurer et fini par bouder. Bref, vous arrivez chez la nounou en retard, énervée avec Petibout encore sanglotant.

    Vous n'êtes pas convaincu ? Vous voulez un deuxième exemple ? L'habillage. Imaginez le temps que vous gagnerez à habiller vous-même votre enfant. Imaginez surtout le temps qu'il perd à mettre son pantalon et son tee shirt à l'envers, et le temps que vous perdez à tout remettre dans le bon sens. Imaginez-vous dans deux ans quand vous devrez appeler l'école pour leur demander si la maitresse peut vérifier que Petibout à bien un slip (vous avez retrouvé un slip dans son pyjama alors que vous rangiez ses affaires après l’avoir déposé à l’école ce matin-là. Heureusement que vous êtes en congé sinon Petibout aurait passé sa journée sans sous vêtement).

    Vous voulez encore un exemple ? Les repas. Au début vous trouvez ça mignon quand Petibout attrape de sa main maladroite sa cuillère et qu'il essaye de viser sa bouche. A la fin du repas, vous trouvez ça nettement moins attendrissant quand il vous faut nettoyer votre sol jonché de coquillettes et de jambon. Je ne vous parle même pas de ses vêtements. En effet, les aliments sont dotés d'une force spéciale qui consiste à éviter le bavoir pour atterrir systématiquement sur le pantalon tout propre. En regardant de près votre enfant, vous pouvez reconstituer son repas étant donné qu'il en a encore dans les cheveux, autour de la bouche et sur ses vêtements (d’ailleurs vous ne pensiez pas que ça collait autant le yaourt à la fraise séché).

    C'est à ce moment-là que vous développez une nouvelle capacité : la patience. Car il en faut de la patience pour regarder Petibout passer dix minutes à essayer d'enfiler son blouson à l'envers. Il en faut de la patience pour regarder Petibout renverser son verre sur la table alors qu'il voulait boire. Et il en faut de la patience pour supporter tout cela sans s'énerver.

    Dites-vous que dans dix ans ça ira mieux.

     

    « Les aventures de Petibout et de sa maman. Episode 6Les aventures de Petibout et de sa maman. Episode 8 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Juin 2014 à 18:57

    Haha cet article m'a bien fait rigoler ^^

    Je n'ai pas d'enfants -Dieux merci !- mais je ne peux pas nier toute la sagesse de cet article en voyant les exploits de ma sœur de deux ans ^^. J'adore le style d'écriture !

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 10 Juin 2014 à 19:45

    Merci!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :