• Naufragée

     

    Depuis combien de temps je dérive ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Je suis ballottée dans l'eau salée et froide. Un coup à gauche, un coup à droite, mon corps inerte glisse sur les vagues.

     

    Quand le bateau a coulé, je suis tombée dans la mer glacée, j'ai essayé de m'accrocher à quelque chose et je n'ai trouvé qu'un petit morceau de bois. Il flotte péniblement au creux des vagues. Je suis seule dans l'immensité bleue, j'ai froid, faim, soif et sommeil.

     

    Souvent j'ai envie d'abandonner, je me dis que les secours n'arriveront jamais, que je suis perdue. Personne ne me cherche donc ? Et que fait ma famille ? Ils m'ont déjà oublié ? Sont passés à autre chose ? La vie continue pour eux mais pour moi je sens déjà la fin qui approche. Et puis je veux en finir. Mon pantalon est alourdi par l'eau salée, mes chaussures et mes chaussettes sont gorgées d'eau et la nuit quand il fait froid je ne sens plus mes pieds. Alors je les agite, histoire de voir si je suis encore vivante. Mais là, je n'en peux plus. J'en ai assez de me battre seule, j'ai perdue espoir, personne ne viendra jamais. Depuis que je dérive je n'ai croisé ni bateau, ni avion, pourquoi est-ce que ça changerait aujourd'hui ?

     

    C'est décidé, je lâche mon morceau de bois et je m'enfonce dans la mer. Le silence est assourdissant, je suis en paix avec moi-même, il fait bon sous l'eau. J'ai juste hâte que la mort vienne rapidement. Je me sens couler.

     

     

    Soudain je sursaute. Je suis dans mon lit, assise à côté de mon mari qui dort paisiblement. Tout cela n'est qu'un rêve. Je suis chez moi et tout va bien je me répète en frissonnant. Cependant, je sens comme un poids sur mon cœur et tout à coup, tout me reviens. Ce rêve,  je le fais plusieurs fois par semaine et je sais ce qu'il signifie. La mer c'est mon chagrin, la perte d'un fils a fait basculer ma vie. Depuis mon bateau coule et je me laisse dériver, happer par ce chagrin trop lourd à porter pour moi. Je me raccroche comme je peux à ma famille, espérant un soutien, un réconfort, comme un naufragé s'accroche à une bouée. Ce lien ténu avec la vie me permet d'espérer mais rien n'y fait, le chagrin est trop immense, et je me sens cernée par lui.

     

    J'entends souvent mon entourage me dire que je dois être courageuse, que la vie continue mais je ne peux pas. Je ne veux pas. J'ai encore besoin de parler de ce fils disparut trop tôt, je ne veux pas qu'il appartienne à l'histoire de ma vie. Je veux qu'il soit le présent, je veux le tenir contre moi, sentir son odeur, l'entendre rire et babiller. Je veux lui expliquer la vie, l'emmener à l'école, il avait encore tant de chose à découvrir. Mais tout ce qu'il a connu ce sont les médicaments, les hôpitaux, les opérations et l'inquiétude.

     

    « On » en a décidé autrement. Mon fils n'était pas assez bien pour vivre ? Pourquoi lui ? Qu'est-ce que j'ai fait ? Pourquoi me l'avoir donné, puis retiré si brutalement.

     

    Aujourd'hui je reste seule avec mon chagrin, à la dérive. J'entends mon mari qui se retourne dans son sommeil. Je ne veux pas le réveiller, l'inquiéter. Alors je prends ma couette entre mes bras, je me couche sur le côté et je pleurs en silence.

     

    Je suis une naufragée depuis que tu es parti mon fils...

     

    « PalaceUn dimanche en famille »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Mai 2014 à 18:49

    J'aime beaucoup ta façon d'écrire...

    Bonne continuation !

    2
    Dimanche 11 Mai 2014 à 19:54

    Merci beaucoup !!

    3
    Mercredi 14 Mai 2014 à 12:08

    J'adore, c'est tellement bien écrit!

    4
    Mercredi 14 Mai 2014 à 12:36
    5
    Jeudi 22 Mai 2014 à 18:27

    Très émouvant, très bien écrit, j'aime beaucoup ! :-)

    6
    Jeudi 22 Mai 2014 à 18:36
    7
    Jeudi 22 Mai 2014 à 21:25

    C'est... ♥

    Tes mots sont magnifiques, sincères, vrais. Cet amour est peut-être détruit, le vide l'a remplacé, mais ton texte est tellement beau... ♥

    8
    Vendredi 23 Mai 2014 à 09:17

    Merci, je l'ai écrit pour une amie qui a perdu son bébé en debut d'année...

    J'ai pensé que ce petit texte l'aiderait et qu'elle verrait qu'elle n'est pas seule... j'ai juste voulu mettre des mots sur sa souffrance...

    Merci beaucoup

    9
    Vendredi 23 Mai 2014 à 17:57

    Je suis certaine que ça l'a aidé. ♥

    10
    Vendredi 23 Mai 2014 à 17:58

    J'espère... en tout cas s'était le but :-)

    11
    Lundi 7 Juillet 2014 à 20:08

    Bon texte, encore une fois!

    12
    Lundi 7 Juillet 2014 à 20:42

    Merci beaucoup

    13
    Lundi 14 Juillet 2014 à 09:11

    Le texte est magnifique et vraiment très touchant. Tu écris très bien, bonne continuation. :) 

    14
    Lundi 14 Juillet 2014 à 09:31

    Merci ! Si tu aimes, tu peux voter pour ce texte qui est compétition sur le site Short Edition.  Le lien est sur l'entête du blog ! ;-)

    15
    Lundi 14 Juillet 2014 à 09:37

    De rien :) 

    D'accord, je passerai voter. :) 

    16
    Lundi 14 Juillet 2014 à 11:39
    17
    Lundi 14 Juillet 2014 à 12:25

    Comme ton texte est super bien écrit, j'ai décidé de voter pour toi et pour ton texte. J'espère que tu seras publié!

    18
    Lundi 14 Juillet 2014 à 13:05

    Merci beaucoup ! Je croise aussi les doigts !

    19
    Mercredi 16 Juillet 2014 à 19:58

    Ton texte est super je vais voter pour toi j'espere que tu seras publiee moi aussi je debute une nouvelle mais rien ne me viens un conseil?

    20
    Mercredi 16 Juillet 2014 à 20:45

    Hello ! Merci beaucoup !

    Pour le conseil (je ne sais pas si je suis vraiment habilitée a donner des conseils), je te dirai de te laisser porter. Laisse ton esprit vagabonder, laisse toi porter par tes sentiments,  laisse ton imagination travailler. Moi c'est comme ça que je fonctionne quand je veux écrire quelque chose de nouveau : je laisse mon cerveau travailler, des phrases me tournent dans la tête et puis quand j'ai un bon debut le reste vient tout seul... ouf ! Je crois que je me suis un peu emportée !

    A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :